De te soigner,  De vivre en harmonie avec soi-même et les autres

Retrouver notre appartenance profonde à la nature

Notre appartenance à la nature est inscrite au plus profond de nos cellules. La nature est notre nature ! Depuis quelques siècles, l’humanité croit qu’elle est souveraine, qu’elle peut et doit dominer le monde, que notre liberté consiste à nous affranchir des lois naturelles qui nous façonnent. Nous avons oublié que nous faisons partie intégrante de cette nature. La détruire, c’est aussi nous détruire. Se séparer d’elle, c’est perdre le sens profond de notre présence sur Terre.

« La Terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la Terre. Toutes les choses sont liées. Ce qui arrive à la Terre arrive aussi aux fils de la Terre. L’homme n’a pas tissé la toile de la vie, il n’est qu’un fil du tissu. Tout ce qu’il fait à la toile, il le fait à lui-même. » Chef indien Seattle 1854.

Si nous acceptons l’idée que notre planète est vivante, on comprend que chaque élément de son « corps », chaque personne, a un rôle spécifique à jouer. La complexité des relations entre les éléments naturels permet au système de rester en équilibre et en bonne santé. L’humanité moderne perturbe, par son mode de vie, cet ordre.

Et si l’humanité apprenait à se positionner comme un partenaire de la nature, associé à l’évolution du monde ? Laissons-nous inspirer par l’intelligence naturelle, oubliée, refoulée au fond de nous ! Nous devons sortir du formatage qui a étouffé notre véritable identité ! Nos potentiels endormis ne demandent qu’à s’éveiller.

Si vous avez le sentiment confus d’un manque de sens dans votre vie, une insatisfaction récurrente, si vous avez l’impression de courir et de ne jamais arriver à destination, vous êtes murs pour le changement ! Pas question de franchir le pas en réponse à quelque influence extérieure, le signal viendra de l’intérieur, du ras-le-bol face à votre situation actuelle. Petit à petit, vous allez apprendre à déprogrammer vos habitudes, vos évidences, vos comportements dysfonctionnels par rapport à la nature. Vous allez avoir envie de simplifier ce qui peut l’être pour laisser place à un nouvel équilibre serein.

« Celui qui a compris l’immense simplicité des choses, celui qui a entendu la note unique sous le bruit universel, celui-là possède le monde » Teilhard de Chardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *